31oct

photo©vincent3m

La Lésion d’Honneur de la semaine est aboyée sans vergogne et sans muselière à la face du dandy puant du bulbe propriétaire de 4 roquets malfaisants qui ont, pour trois d’entre eux, cru amusant de se jeter sur moi lors d’un de mes footings champêtres de la semaine. Je les vois au détour d’un chemin, à 50m. hurlant comme des bêtes (vouiii !) et se ruant vers moi. Que fis-je ? vous demandez-vous ? J’interromps immédiatement ma course fulgurante en attendant que le machin qui leur sert de maître les fasse obéir, ce qui semble plus que difficile ! Il se met à l’écart avec le quatrième (un chiot !) dans les bras et, tandis que les trois autres me montrent leur crocs comme moi les miens à ma dentiste (je précise quand même que je n'avais pas aboyé après elle !), il se met à me vociférer dessus ! Vouiii !  "Mais qu’est-ce que vous attendez ! Avancez !

— J’attends que vos fauves s’écartent un peu !

Les trois redoublent d’aboiements hystériques ! Leur patron s’y met :

— Mais avancez putain au lieu d’être agressif en restant là à les exciter !

(promis juré, il m'a accusé d'agresser ses chiens ! Non mais allô koâ !)

Je perds donc un peu mon calme en m’étonnant de cette inversion des rôles, le prie vertement de rappeler ses cerbères tandis que le gougnafier se met à avancer vers moi en me menaçant d'une voix étranglée de hargne :

 — Vous voulez vous faire mordre ? Mais vous êtes con ou quoi ?

— Pardon ? Je me fais agresser et c’est vous qui m’injuriez ?!

Je m'éloigne un peu des fauves, mais abasourdi par tant d’acariâtreté aussi hargneuse qu'invraisemblable, je m'immobilise quelques instants. Voilà-t-y pas que le malade mental remet ça :

Mais qu'est-ce que vous attendez encore ?...

Je fixe ses yeux de babouin atrabilaire et lui demande si j'ai le droit de reprendre mon souffle.

Vous reprenez votre souffle ? Moi je retiens mes chiens mais je vais les relâcher si vous restez là !"

Je ne lui fais pas remarquer qu’il n’en retient que deux : le chiot et le plus bête (non pas lui ! Le plus stupide des molosses !) tandis que les deux derniers gueulent toujours leur hargne à deux mètres de mes menus (mais très très costauds of course !) mollets ! Méfiant, je repars en entendant derrière moi la douce voix du cornichon dégénéré psalmodier sa prière préférée : « Il faut vraiment être con ! »

Il me semble qu’à la place de l’impuissant maître-chien, j’aurais été confus, désolé, piteux, penaud, ennuyé, navré et me serais confondu en excuses…. Mais encore une fois, j’ai bêtement oublié que le temps où les hommes vivront d’amour était encore fort éloigné.

juve

Pendant ce temps en notre belle terre de France, un ministre de l'intérieur joue les fiers-à-bras et va bêtement offrir à un militant politique bien sympathique une occasion de redire que parfois la maréchaussée commet quelques bav.... oupss bévues !(ici) D'ailleurs, qui se soucie des gens tués par les cow-boys en bleu, à commencer par le directeur général de la police qui vient de décider, contre l'avis de l'IGPN, de ne pas sanctionner l'auteur du tir mortel sur Zineb Redouane, l'octogénaire marseillaise tuée chez elle par une grenade ! (ici) Merci môssieur le directeur !! De son côté un préfet de police jette une couronne de fleurs dans la Seine pour commémorer le 17 octobre 1961. Par conviction ? Que nenni braves gens ! Que nenni ! C'est uniquement par obligation qu'il a balancé sa gerbe sans un mot ni pour les victimes ni évidemment pour condamner les actes de la police de son homologue de l'époque, le triste Papon,  (ici)... Et sur les écrans de télé, un journaliste de plus de 80 ans que je ne nommerai que par son nom : Duhamel Alain, pour préserver son anonymat, continue de distiller ses propos lénifiants et servir la soupe à Tullius Détritus (ici) alors que des jeunes journalistes sont au chômage. Tiens, par exemple, un nouveau Newsmagazine, appelé sans honte "Franc-Tireur" (ici) va faire son apparition avec à sa tête ... Barbier Christophe le comique (ici), Couturier Brice le hargneux (ici) et Raphaël Enthoven ("Plutôt Le Pen que Mélenchon !") (ici) C'est trop cool ça non ? Mais heureusement que de l'autre côté de l'Atlantique tout se passe au mieux. Après la mort accidentelle d'une femme sur un tournage d'un film, le rétréci du cervelet qu'est le fils Trump vient de proposer à la vente un T.shirt à faire gerber un affamé, tout ça pour à la fois défendre le port des armes mais aussi et surtout pour enfoncer encore plus l'acteur responsable involontaire de l'accident parce que celui-ci avait, il y a peu, ridiculisé son père dans une série. (ici) Et tiens, petit retour en France sur les porteurs d'armes à feu. Après un énième accident de chasse (ici), les chasseurs du Lot et Garonne viennent de décider de ne pas obéir au Conseil d’État qui interdit enfin certaines chasses traditionnelles ! (ici) (Ben faut vous dire que malgré les décisions européennes, le gouvernement franchouillard avait cédé au lobby des boumboum en autorisant certaines chasses traditionnelles !) Yessss ! " Auroux, Michel  (qui a manqué d'un cheveu l'obtention d'une lésion d'Honneur explosive !)  président de la fédération départementale des chasseurs de Lot-et-Garonne ne décolère pas. "Nous continuerons à chasser, c'est le mot d'ordre que j'ai donné à tous nos chasseurs." (ici)

Ceci dit( ...) on est dimanche, jour du Saigneur et la ganache propriétaire des corniauds vociférants n'a pas réalisé que ça tombait encore un jour de chasse de fin de semaine ! On va donc pouvoir en profiter un max en chantonnant "Quand les hommes vivront d'amour..." (ici)(chanson de René Lévesque par un super trio de femmes sobrement accompagnées à la guitare)