7nov

photo©vincent3m

La Lésion d’Honneur de la semaine est payée en heure supplémentaire s’il vous plaît à Caron Bruno, fondateur du groupe agroalimentaire Bergams, dont les employé(e)s sont en grève depuis plus de 40 jours. Pourquoi la grève et l’absence de salaire ? Parce que grâce à Pénicaud Muriel ancienne ministre gaffeuse du Travail (réécoutez la ici, ou ici ), c’est inénarrable et consternavrant !)… bref, grâce à elle et à notre Manucron un APC (« accord de performance collectif » déjà, quand tu entends ça, tu pars en courant !) a pu être signé (« Si tu signes pas t’es viré(e) OK ? ») qui permet à un employeur dans le besoin (Caron, qui pèse 260millions d’euros quand même, fait partie des 400 plus grandes fortunes de France !) d’imposer une augmentation du temps travaillé avec une baisse de salaire ! Vouiiii ! Ah le bienheureux temps de l’esclavage est revenu messieurs dames ! (ici) Et ça ne s’arrête pas là ! Les heures supplémentaires… (ah ben voui, quand même, quand on bosse 42 heures par semaine, ça fait des heures supplémentaires à payer…. Ah non ?... Ben non !)… la direction a donc décidé de s’en occuper non pas à la fin de chaque mois, mais en fin d’année, ce qui lui permet, en annualisant le temps de travail (donc en réduisant, sur une ou deux semaines, le volume horaire de ceux qui ont trop bossé et en faisant faire le boulot par des intérimaires) de ne pas du tout payer ces fameuses heures sup ! Et cric et crac, le tour est joué ! Hahaha ! C’est ainsi que les salarié(e)s ont perdu de 300 à 800€ par mois !(voir aussi ici) Cool !!! Ces accords (APC) font partie de la panoplie d’outils offerte au patronat par Manucron et sa clique dans le cadre de la loi travail dite loi Pénicaud. Furieuse d’être en colère, la direction de Bergams menace maintenant de placer la boîte en liquidation judiciaire. Elle a évidemment refusé de recevoir les salariés tant que ceux-ci ne reprendront pas le travail. 

Un peu dans le même ordre d’idée, deux militants sont passés au tribunal il y a peu car ils avaient, avec d’autres, mené une action d’autoréduction en faveur des précaires dans un supermarché Carrefour, avec un slogan très sympathique : « ce qui est indécent ce sont vos profits, pas nos actions ! » ("Sur le plan financier, Carrefour a fini l'exercice 2020 avec un cash flow libre net de 1,056 milliard d'euros, contre 324 millions un an plus tôt.") (ici) Allez lire le compte-rendu (ici), ça vaut le coup ! Figurez-vous que la direction du magasin n’avait pas protesté et avait, sur le moment, donné son accord. Mais oh les pleutres, ils sont revenus sur leurs décisions et ont porté plainte en rejouant la scène de façon fort différente de la réalité ! Encore une fois, ils osent tout et c’est à ça qu’on les reconnait ! 

Allez, puisque c'est dimanche jour du Saigneur et que Caron n'a pas réalisé que ça tombait encore pendant un week-end de grève, ce petit entrefilet consacré à un patron "indécent" : "Un inspecteur du travail a été violemment agressé par un employeur le mardi 12 octobre 2021 sur un chantier à Ajaccio. Voulant arrêter le travail d’un salarié exposé sans protection à une chute de hauteur de plus de cinq mètres, comme la loi le permet, il a reçu des menaces puis un violent coup de poing au visage, nécessitant son hospitalisation d’urgence." (ici) Au secours je vous dis !